Category: Tutoriaux et guides pratiques

La gopro un appareil photo sous estimé

La « petite » gopro occupe aujourd’hui une place incroyable autant dans le secteur de l’audiovisuel que dans celui des youtubeurs ou amateurs de vidéo d’action.  Pourtant, il y a une fonction que peu utilisent, c’est la possibilité de prendre des clichés avec des angles de prise de vue étonnants.

Avant tout amateurs de photographie, ce qui est le point de départ du travail que nous menons sur le site cestenfrance.fr, nous sommes régulièrement à la recherche d’outils photographiques pour sublimer les clichés ou plus simplement trouver un point de vue inhabituel ou difficile à obtenir sans un matériel conséquent.

goprohero3plus_02

Quels sont les atouts des gopro en matière de photographie ?

La première chose intéressante est l’angle de vue de la gopro qui offre selon les modèles jusqu’à 160° de champ de vision autant dire un fisheye tenant dans le creux de la main. Lorgnez du côté de Nikon ou Canon et vous verrez que pour obtenir cela il vous faudra plus d’un kilogramme à bout de bras, un poids qui oblige quand même dans certain cas à des positions peu confortables.

Le second atout est la compacité de l’appareil et la possibilité de l’emmener partout. Cela reste aussi potentiellement un défaut surtout en matière de stabilité. Nous reviendrons sur ce point.

Concernant, la technique pure et les capacités du capteur, c’est là où il faudra faire preuve d’une grande attention. La dynamique en photographie est bonne mais la gopro est particulièrement sensible à la surexposition et aux aberrations chromatiques. L’appareil ne propose pas de réglage d’exposition et la gestion de la sensibilité est particulièrement perfectible.

Reste que sur notre gopro hero3+, un modèle datant de quelques années, le capteur de 10 millions de pixel reste suffisant pour la majorité des usages.

Equiper sa gopro.

Pour la photographie dans les règles, sauf si vous pensez exposer votre gopro à l’eau, il convient de lui enlever son caisson si vous disposez des premières générations jusqu’à la 4. Dans notre cas, nous avons équipé la gopro d’un cadre et d’une lentille de protection (trouvé sur une boutique en ligne pour moins de 20€) pour mieux gérer la prise en main et assurer un minimum de protection. L’écran au dos n’est pas obligatoire mais fortement conseillé. La encore il est intégré sur la majorité des modèles récents. Pour les gopro 3/4, les prix ont baissé ce qui permet de s’équiper à moindre coût.

goprohero3plus_02

Photographie à main levée

Nous n’allons pas aborder toutes les possibilités de prise de vue et nous concentrer sur la prise de vue à « l’ancienne » . Par sa légèreté cela permet de se lancer dans des positions parfois inhabituelles, comme des prises de vue à la volée en roulant à vélo (comme ci-dessous).

La gopro est tenue à bout de bras en se penchant vers l’avant et orientant l’objectif entre la roue du vélo et la route. Cette position, peut-être, peu archaïque permet grâce au fisheye d’obtenir une vue dynamique et créative. Avec le lever du soleil, la gopro est plus à son aise et peut donner de bons résultats lorsqu’on se donne la peine de faire un petit rééquilibrage des lumières avec  snapseed ou un logiciel équivalent.

Là où la gopro est intéressante est sa profondeur de champ qui permet des prises de vues avec une forte proximité. La scène ci-dessous permet de détacher le premier plan sans compromettre la vue panoramique.

Une fois encore l’effet fisheye est le point fort de la gopro et permet de présenter un volume important des scènes dans des environnements confinés. Dans la photo ci-dessous, le descente entre le 2e et le 1er étage de la Tour eiffel s’effectue dans un espace large d’un mètre environ. La gopro permet de donner du volume.

La déformation des clichés ne supporte pas les approximations. Dans des prises de vues mettant en valeur l’architecture il est donc important de ce positionner dans un point central pour sublimer le cliché. Dans la vue ci-dessous, nous nous sommes positionné au point central sous la Tour Eiffel afin de proposer cette vue symétrique et peu déformée (aucune retouche géométrique sur cette image)

ou la Gare de Bordeaux

La gopro est tout indiquée dans de telles configurations soit dans un espace contenu soit valorisant un espace architectural ou une situation originale.


Tablettes : Retard tactile, un défaut sous-estimé

Dans la chaine de production photographique, la tablette tactile prend une place de plus en plus importante. Mais rares sont aujourd’hui les tablettes qui disposent d’une couche tactile compatible Wacom permettant de retranscrire avec justesse la pression et la position d’un stylet. Cette capacité reste cependant indispensable pour qui souhaite procéder à de la retouche photographique sur une tablette.

Le retard tactile, le délai entre le moment où une action est effectuée et celui où la dalle prend en compte cet ordre, est appréciable de façon différente qu’on utilise l’appareil pour naviguer sur internet, pour prendre des notes ou pour dessiner.

adonit-dash

Quand on a utilisé un Samsung Galaxy Note 4, on sait apprécier ce que signifie réactivité  sur les actions faites au stylet. C’est tout justement remarquable car ce smartphone dispose d’une couche spécifique pour répondre aux commandes du stylet S-PEN, l’un des meilleurs stylets disponibles sur plateforme mobile. Si on utilise un stylet capacitif (qui simule un doigt), on se rend très vite compte du retard tactile. Le trait est moins fluide et on constate un décalage entre l’action de déplacer le stylet et le trait qui est dessiné.

De génération en génération, les fabricants se focalisent sur des détails plus fort en matière de marketing qu’en productivité. Les sigles en tout genre fleurissent, les écrans voient leur luminosité augmenter mais malheureusement, hormis chez Apple, qui est le roi des performances du tactile dans le domaine des tablettes, il n’est pas rare de génération en génération de voir les performances dynamiques des dalles tactiles baisser sensiblement.

Nous avons donc testé le ressenti tactile sur plusieurs tablettes en utilisant le style Adonit Dash 2, l’un des meilleurs stylets capacitif actifs du marché. Et nous sommes allés de surprise en surprise. Les premiers candidats furent le Huawei Mediapad M2 et l’Asus Zenpad 3S Z500, deux out-siders pouvant  être équipés chacun d’un stylet maison. Avec notre « Dash », il faut bien reconnaitre que les résultats étaient particulièrement mauvais. Les traits sont difficilement droits et le retard tactile perçu empêche sensiblement de procéder à un travail sérieux. Espérons que les deux constructeurs font mieux avec leurs stylets « maison ». La suite du panorama n’est pas meilleur et touche les ténors du marché qui sont les Samsung Galaxy tab S2 et S3. Ce dernier dispose d’un S-PEN comme le Galaxy Note 4 et bénéficie donc de ce qui se fait de mieux en matière de stylet. Les deux tablettes qui sont facturées respectivement à partir de 400€ et de 679€ à l’heure où nous écrivons, se comportent légèrement différemment avec un stylet capacitif. Le S3 limite les dégâts mais affiche une performance moins bonne que sur notre tablette de référence, la Galaxy Tab S de … 2014. Le S2, répond très mal. En utilisant Bamboo Paper, le bloc note édité par Wacom, en procédant à des traits rapide, le curseur suit à plus d’1cm du stylet. Sur notre petite « S » de première génération la distance oscille entre 5 et 7mm dans les mêmes condition. L’expérience utilisateur est donc loin d’être idéale.

Que faut-il faire ? Que faut-il en penser ?

A l’heure où le marché des tablettes est en berne, on ne peut pas constater de véritable évolution technologique qui pourrait contribuer à une relance du marché. Apple est encore loin devant même si dès le départ Steve Jobs avait toujours refusé de voir un stylet fonctionner sur son Ipad. Si vous souhaitez utiliser une tablette comme bloc note numérique, consultez de façon très précise les tests et les spécifications. Si vous avez un peu d’argent d’avance, les tablettes Apple (et notamment l’Ipad Pro) sont idéales. SI vous en avez-moins il faudra probablement se tourner vers la version du Samsung Galaxy A6 qui dispose d’un stylet S-PEN.


Cinq clés pour reussir vos photos du 1er de l’an

Armé de votre smartphone vous vous rendrez samedi soir chez vos amis. Bien sûr le cliché de minuit sera le clou du spectacle en espérant bien sûr que dame modération vous aura laissé un peu de répis pour conserver un peu de lucidité.

1. Désactivez le flash LED de votre smartphone 

On ne le sait pas toujours mais le flash des smartphones avec sa courte portée est un facteur de photos ratées. En mode lampe de poche c’est utile mais pour la photo si on ne sait pas la manier cela peut engendrer des effets indésirables comme une mise en avant des 15 bouteilles en premier plan sur la table. Au mieux collez un bout de scotch translucide opaque (marque 3m ou équivalent), pour atténuer l’impact lumineux.

2. Utilisez le mode rafale 

La majorité des téléphones sont maintenant équipés d’un mode de photo en rafale. Ce mode au delà de saturer votre stockage si on en abuse, a la particularité de contourner l’absence de stabilisateur optique. Cela vous permettra de trouver la photo la moins floue et de sélectionner parmi celles qui sont les moins compromettantes pour vos amis.

3. Posez le smartphone

L’appui est une solution à privilégier, la lumière n’étant généralement pas idéale et le smartphone étant obligé de jongler entre augmentation de la sensibilité et baisse de la vitesse de prise de vue. En donnant un appui vous supprimerez le flou de bougé qui rajoute la aussi une dégradation de la qualité de la photo. Conjugué à la minuterie (prise de vue au bout de 2s, 5s, etc…) accessible dans les réglages de la majorité des smartphones vous aurez limité au maximum le flou de bougé.

4. Prendre une vidéo et en extraire les meilleurs clichés 

La vidéo est depuis toujours un moyen intéressant pour récupérer des clichés et d’autant plus avec le format 4K qui offre une définition théorique de 4096×2160 une définition largement suffisante pour faire une impression papier. Souvent il y a une fonction qui est ajoutée à la vidéo 4K c’est une stabilisation électronique qui offre un contournement à l’absence de stabilisation optique en mode photo. Si ce n’est disponible que sur de rares modèles, la vidéo 4K (ou définition inférieure) en 60 images secondes peut procurer un mode intéressant pour extraire plus tard des clichés acceptables. Il vous suffira ensuite d’une simple capture d’écran du smartphone lors d’une pause vidéo pour obtenir un cliché. Pour un meilleur rendu,  Il vous faudra en revanche un ordinateur et un logiciel de montage vidéo pour extraire.

5. Utiliser des accessoires complémentaires : la perche stabilisée 

L’un des produits stars de 2017 devrait être la poignée stabilisée. En 2016, la perche a selphies était un « must have ». L’apparition de perches stabilisées issues des supports caméra pour drones de loisir va offrir une solution intéressante et bien plus performante que les stabilisateurs optiques intégrés dans les smartphone haut de gamme. Opérant sur trois axes, ce mode de stabilisation actif particulièrement adapté à la vidéo s’adapte parfaitement à la prise de clichés. Si vous avez eu ce très cher gadget à Noël, ne l’oubliez pas !

Bonus. Ne pas prendre de photos….

C’est peut être ça la meilleure solution. On regrette parfois les photos publiées à la vas-vite dans les réseaux sociaux. Et si ne pas prendre des photos à tout bout de champ était votre bonne résolution de 2017… Bon réveillon à tous et meilleurs vœux pour la nouvelle année !


Réussir ses photos de vacances avec son Smartphone

Le smartphone ou « photophone » est devenu au fil des ans, un véritable compagnon au quotidien pour la prise de vue. Les meilleurs modèles égalent les compact de milieu de gamme. Mais, aussi puissant sera le smartphone, il n’en reste pas moins un appareil très sensible aux modifications de luminosité et reste souvent difficile à régler. Voici quelques trucs pour ne pas rater nos photos de vacances. En savoir plus →