Panasonic Lumix G1

PanaG1_01Le Lumix G1 est le premier appareil commercialisé qui reprend l’architecture Micro Four/Third. Conçue pour proposer des appareils plus compacts tout en restant tout aussi performants que des classiques Four/Third, cette architecture introduit une nouvelle classification d’appareil entre bridge et reflex. On pourra probablement estimer que le G1 constitue le successeurs des FZ30 et FZ50. Mais cette nouvelle offre prouve aussi qu’un certain nombre de problèmes techniques, ont été résolus permettant de proposer des appareils plus compacts mais au moins aussi performants que les reflex d’entrée de gamme.

Mais pour Panasonic cela s’annonce peut être aussi comme un tournant, celui de la fin des reflex « classiques » Four/Third. Le G1 fait le lien entre ce qui a fait le succès de la marque, ces bridges ultra-zoom et ce qui l’a fait progresser vers le haut de la gamme le L1. Une certain nombre d’observateurs semblent attester que ces nouveaux Micro Four/Third signent un revirement de stratégie de la firme japonaise.

Présentation de l’appareil

Une visée électronique performante

Doté d’un capteur de 12,1 millions de pixels, le G1 est construit autour d’une chambre privée de miroir et forcément plus compact. La prise de vue s’effectue ainsi avec un viseur électronique qui pour une fois s’avère au niveau de ce qui se fait de mieux actuellement.

Les premières prises en main le confirment. Le G1 propose une visée très fine (1.440.000 points), une définition encore jamais proposée sur un EVF (viseur électronique). A côté l’écran au dos de l’appareil avec 460.000 points parait presque pas assez défini.

Un large panel de fonctionnalités

Avec 23 zones pour d’autofocus, une détection de visages, 25 modes scènes, un mode ISO intelligent (ou réglable manuellement de 100 à 3200 ISO), un mode RAW et tous les réglages habituellement proposés sur des reflex d’entrée de gamme, le G1 fait le lien entre deux mondes. Celui de la simplicité et celui des utilisateurs experts.

En revanche pour la stabilisation optique il faudra passer par les objectifs, ce qui, dit en passant, propose une stabilisation optique la plus performante à ce jour.

Enfin, connectique à la mode, le G1 propose une sortie HDMI pour un raccordement à la un téléviseur LCD.

Rien n’est oublié

Avec un pas de vis en métal pour le trépied, une lampe d’assistance et une griffe flash, le G1 n’oublie pas les utilisateurs intensifs. Il s’avère ainsi relativement bien pensé et construit.

Ce qui surprend est bien son écran rotatif au dot de l’appareil dont la diagonale de 3″0 couvre tout le dos du G1. Les prises de vues dans des angles variés n’en seront que facilitées.

PanaG1_02La structure de l’appareil

Difficile à classifier, le G1 reprend les spécifications du Micro Four/Thirds dévoilé il y a quelques semaines par Olympus. Ces nouvelle architecture permet de concevoir des appareils plus compacts du fait de la suppression du miroir. La prise de vue s’effectue ainsi par l’intermédiaire du capteur grâce à un « live view », repris dans un viseur électronique ou sur l’écran au dos de l’appareil.

De fait le « Micro Four/Third » introduit un nouveau type d’appareil entre Bridge et Reflex. Cela permet également (mais attendons de connaitre les prix) de disposer d’une solution un peu plus économique et adaptée aux besoins des utilisateurs classiques mais également des « experts » cherchant un second appareil plus discret et compact.

Panasonic aurait pu concevoir un appareil encore plus compact, mais pour des questions d’ergonomie a choisi un gabarit se situant entre celui des FZ18/FZ28 et d’un reflex classique (Canon 350d).

Ce qui fait la différence également est la hauteur de la chambre qui passe de 45 à 42mm obligeant ainsi à utiliser des objectifs différents mais tout de même compatibles via un adaptateurs avec les objectifs Four/Thirds. Le capteur reste lui de même taille ce qui est fond la meilleure nouvelle. La surface sensible reste donc de 18 x 13.5 mm, soit un rapport de 2 par rapport à un classique 24×36.

Les accessoires disponibles

Pour le lancement du G1 seuls deux objectifs spécifiques seront disponibles, un 14-42 stabilisé et un 45-200 également stabilisé couvrant la plupart des usages. Plus tard en 2009, un 14-140 stabilisé, un 7-14 f4.0 et un 20 f1.7 seront proposés.

Officiellement un large panel d’objectif serait compatibles mais les premiers tests effectués avec la bague d’adaptation DMW-MA1APP semble démontrer le contraire. Pour autant, il faudra procéder à des tests avec des modèles de série.

Reste qu’officiellement les seuls objectifs Four/Thirds totalement compatibles sont les suivants :

  • Olympus Zuiko 25 F2.8 ‘Pancake’
  • Olympus Zuiko Digital ED 14-42mm F3.5-5.6
  • Olympus Zuiko Digital ED 40-150mm F4-5.6
  • Panasonic Leica D Summilux 25mm F1.4 ASPH
  • Panasonic Leica D Vario-Elmar 14-50mm F3.8-5.6 ASPH. Mega OIS
  • Panasonic Leica D Vario-Elmar 14-150mm F3.5-5.6 ASPH. Mega OIS

Conclusion

La première découverte de l’appareil permet d’avoir une première opinion positive. la compacité de l’appareil même si elle n’est pas exploité au maximum du concept, est appréciable se rapprochant véritablement avec un FZ18. Avec un objectif pancake 25mm on devrait s’approcher de la taille d’un gros compact numérique.

Avec 440g en ordre de marche (contre 410 pour un FZ), on imagine facilement l’avantage de cette nouvelle architecture. Maintenant, ceux qui n’aiment pas les viseurs électroniques pourraient être véritablement bluffés par la qualité de ce dernier.

Ce G1 est donc encourageant. Nous attendrons les modèles de série pour conclure définitivement sur cet appareil.


No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *